Petite ballade au Trou de Fer de la Réunion, sans jeu de mot aucun....

Petite ballade au Trou de Fer de la Réunion, sans jeu de mot aucun.

En ce week-end d’été, en janvier, je suis invité par des amis de métropole venus passés un mois sur l’île de la Réunion, à me joindre à eux. Respectant la consigne, j’ai pris des chaussures fermées, pour changer des « savates 2 doigts », plus communément appelées les « tongs », en langage « Réunion », au cas où nous irions marcher un petit peu, le temps d’une ballade, sur un chemin autour de la maison

Dimanche matin, de bonne heure de bonne humeur, nous prenons la route tous ensemble

Et nous voilà partis, à l’aventure, décidant de la destination au fur et à mesure de la route.

Grand Bassin, point de vue imprenable sur les reliefs de la Réunion

S’il est un point de vue à ne pas louper à la Réunion, c’est bien celui-là : Grand Bassin. Surplombant à plus de 1 300 mètres le petit village situé en contre bas, le point de vue n’est rien d’autre qu’une « terrasse » en bois s’avançant dans le vide. Amoureux du vertige, régalez vous, amoureux du niveau 0, prenez votre souffle !

Petite astuce sympa pour s’en mettre plein les yeux d’un coup : en arrivant sur le mini marché précédant ce point de vue, fermez les yeux, et faites vous accompagner jusqu’au rebord. Là, penchez-vous légèrement en avant, puis ouvrez seulement après les yeux : montée d’adrénaline garantie.

Janick, Fred, et Doudou : touristes et zoreils de la Réunion

Janick, Fred, et Doudou : touristes et zoreils de la Réunion

À cet endroit existe aussi, ou existait, plus exactement, l’horloge hydraulique. Victime du cyclone Dumile, survenu en janvier 2013, cette dernière n’est pour l’instant plus visible. Et oui, les cyclones sont aussi une spécialité de la Réunion.

À l’heure où je rédige cet article, je ne sais pas si elle est en réparation ou tout simplement disparue. J’espère la revoir bientôt : tout un système de tuyau et de liquide coloré en bleu pour indiquer l’heure. Très originale, très envahissante dans votre salon, mais curiosité à voir également.

Comme je l’ai dit plus haut, avant l’esplanade, il y a un mini marché. Quelques commerçants, dont certains du village situé en bas de la vallée (sans ascenseur), vous proposeront alors d’acheter des fruits, des souvenirs et même des petites choses à grignoter si bonnes et si mauvaises à la fois (je parle pour la bouche et le bidon). C’est d’ailleurs ce jour-là que j’ai goûté les bonbons coco réellement artisanaux, ainsi que les samoussas palmistes : 2 tueries pour le bidon et la goule, surtout pour les gourmands comme moi, parmi plein d’autres bonnes choses à grignoter, bien évidemment.

La Réunion, c’est aussi des forêts

Après quelques longs kilomètres sur des routes rapides, de montagne, sinueuses, étroites, ou que sais-je encore, nous voilà rendu à 300 m du gîte de Belouve. Gîte bien connu des randonneurs, comme tous les gîtes d’ailleurs, situé à l’orée de la forêt éponyme. Nous nous engageons alors dans cette forêt, la forêt de Belouve, afin de nous rendre au Trou de Fer, une des curiosités de l’île de la Réunion, assez bien connue aussi des touristes.

Et là, je me rends compte de mon erreur. Quelques jours auparavant, il avait plus. Dans une forêt, le goudron n’existe pas, oh bonheur, il y a de la boue parfois, oh malheur ! Surtout avec les chaussures que j’avais amenées : pas du tout adaptées à la marche en forêt boueuse Qu’à cela ne tienne : premièrement, ce n’est pas ça qui va m’arrêter, ensuite, ça rajoutera du jeu pendant la promenade. Et puis, ce n’était pas non plus impraticable. Une bonne paire de chaussures de marche m’aurait simplement donné pour avantage d’avancer tout droit sur le chemin sans chercher les rebords, un peu plus secs. Et puis, la boue, c’est bon pour la peau. Enfin, il paraît. Mais à cette question, je laisserais plus le soin à Janick de répondre, il s’en fera un plaisir, ou pas, lui qui l’a bien testé (no comment)

Forêt de Belouve

Forêt de Belouve

En fait, pour accéder au Trou de Fer, il existe deux chemins. Celui nommé « Chemin des Écoles » et celui qui passe par la forêt. Nous avions pris le parti de passer par la forêt. Vu la distance et les petites difficultés liées notamment à la praticité des chemins par endroits, nous avons opté pour le « Chemin des Écoles » pour le retour. Et il est bien bien plus simple, sans aucune comparaison. Et au final, c’est très bien ainsi. D’ailleurs, c’est ce que je recommanderais si l’on me demandait mon avis pour se rendre au Trou de Fer. Ça évite de faire un aller/retour, donc une certaine lassitude possible sur le retour, et surtout, cela permet de découvrir une forêt vraiment magnifique, où les fougères dépassent allègrement la taille humaine, et où toutes les nuances de vert se côtoient avec des traces de soleil quand il se joint à la partie. Un spectacle merveilleux.

PS : il existe la voie des airs les vols en hélicoptère (voir ici)

Galerie photos du passage en forêt de Belouve...

Le Trou de Fer, un incontournable de la Réunion

Sans être prévenus, au détour d’un chemin, nous voilà rendus au bout de notre périple après avoir traversé cette forêt. Nous voilà face au Trou de Fer. Concrètement, c’est quoi ? Le Trou de Fer est un gouffre d’environ 300 m de profondeur, rattaché au Piton des Neiges. Au-dessus de ce gouffre, plusieurs plateaux se rejoignent, comme celui de la forêt de Belouve. Enfin, la chose la plus remarquable et qui en fait son attraction touristique, c’est sa cascade. Formée par plusieurs cours d’eau se rejoignant tous en un seul, cette cascade, haute d’environ 725 m, est la plus haute de France, mais aussi une des plus élevées au rang mondial.

Voilà, le Trou de Fer, c’est juste ça : une cascade qui tombe dans un gouffre, mais quelle cascade, et quel gouffre !

Cascade du Trou de Fer

Cascade du Trou de Fer

La visibilité n’est pas toujours bonne, et comme à l’accoutumée, il est recommandé de se déplacer le matin de bonne heure et être au lieu de rendez-vous avant midi pour mettre toutes les chances de son côté pour le voir. Et même avec ça, il arrive parfois que la brume ait raison du touriste.

Pour les moins courageux, quelques sociétés de vols touristiques en hélicoptère proposent dans leurs circuits le survol justement de ce lieu. Personnellement, je pense que les deux options sont complémentaires, rien que parce qu’en hélicoptère on ne traverse pas la forêt.

Ce jour-là, soleil et nuages étaient de notre côté, merci à Dame Nature.

Le retour par le chemin des Écoles raccourcissant nettement le temps de trajets, nous avons pu alors nous rincer le gosier avec une Dodo, « THE BIBINE LOCALE ». Juste récompense pour cette randonnée d’un niveau facile certes, mais réclamant quelques heures de marche.

 

Merci à Janick et Fred, ainsi que Marité et Daniel, pour leur accueil et leur visite ô combien chaleureuse, même si cela n’était pas indispensable vu la chaleur naturelle d’ici LOL. Amitiés à vous.

Merci de partager cet article autour de vous, à l’aide des boutons ci-dessous, si vous l’avez apprécié. 

A bientôt pour la suite de mes aventures sur la Réunion et les alentours

Amicalement,

Doudou