Kerguelen, Port-aux-Français, une autre journée d'arrêt

Kerguelen, Port-aux-Français, une autre journée d’arrêt

Voici aujourd’hui la suite de mes aventures dans les TAAF. Après la journée de rêve passée à Crozet, au milieu des manchots et autres animaux du bout du monde, me voici rendu à Port-aux-Français, dans l’archipel des Kerguelen. Cette escale, d’une journée, a une fois de plus été l’occasion de rencontrer des animaux exceptionnels, mais aussi l’occasion d’un partage particulier avec l’équipe de scientifiques sur place.

L'île principale de l'archipel de Kerguelen

L’île principale de l’archipel de Kerguelen

Que visiter aux Kerguelen ?

La réponse est simple et brève : RIEN. Concrètement, il n’y a rien à « visiter » au sens propre du terme. Pour autant, passer une journée sur cette île, plus exactement à Port aux Français, n’est pas signe d’ennui, bien au contraire.

IMG_6297

L’abri côtier, sans jeu de mots bien sûr

Premièrement, il y a une équipe de scientifiques. Tout comme sur Crozet, une petite équipe d’ornithologues, géologues, sismologues et autres spécialistes est présente sur l’île toute l’année. Certains pour un an complet, d’autres pour six mois, tout ont un point commun : ils sont arrivés avec le Marion Dufresne, et vivent une expérience unique.

Au-delà de la base scientifique et de leur jardin où poussent quelques choux de Kerguelen, il y a un

Le choux de Kerguelen

Le choux de Kerguelen

paysage vaste et étendu qui s’offre au voyageur égaré. Enfin, « égaré » n’est qu’une expression, car je n’étais pas là par hasard bien entendu. Ce paysage, haut en couleur, permet également de s’offrir de longues heures de marche sans pour autant tourner en rond. En effet, avec ses 7 000 km2 de superficie, cette île abrite aussi de nombreux animaux. Des plus classiques comme les lapins, on y trouve également quelques éléphants de mer, déjà rencontrés à Crozet aussi, mais ici, leur nombre est bien plus important. Enfin, j’ai pu y croiser aussi une colonie de manchots papous, une autre espèce de manchots. Pour ceux qui auraient un doute sur « manchot ou pingouin », je vous invite à lire mon article dédié justement à la distinction des manchots et des pingouins.

L’anse du Pacha.

Afin de combler notre matinée, nos hôtes locaux nous ont offert une petite ballade jusqu’à l’anse du Pacha.À peine 25-30 minutes à pied suffisent à arriver à cet endroit. Pourtant, il nous a fallu une heure pour y arriver Pourquoi ? Non non, pas parce que nous avons trainé. Ce temps est simplement dû à nos pauses photo faites tout le long du trajet pour admirer et ramener un maximum de souvenirs. Jugez-en par vous même avec les photos ci-dessous.

Il y a eu aussi cet éléphant de mer, une jeune femelle, qui se prélassait au bord de l’eau. Nous voyant arriver, elle s’est mise à prendre différentes pauses.

Elle pose avec le sourire ! Si si !

Elle pose avec le sourire ! Si si !

Franchement, c’est à se demander si elle ne le faisait pas exprès Peut être rêve-t-elle d’une carrière de pin up dans le futur numéro du mensuel de Géographic National ou encore de rafler le rôle de mascotte emblématique de l’association 30 millions d’amisEt à mon avis, je ne sais pas pour vous, mais je crois qu’elle a toutes ses chances la bougresse ! Attendrissante, jolie, amusante Une rencontre extraordinaire.

Continuant notre ballade, nous arrivons sur un terrain de jeu où il ne ferait pas bon y participer. Deux éléphants de mer, très massifs, jouent l’un avec l’autre. En les voyant, aucun doute : aucun d’entre nous n’a sa chance. Nous restons donc à distance pour simplement photographier. C’est très bien aussi comme activité.

Encore un peu plus loin, nous tombons nez à nez avec un « troupeau » d’éléphants de mer. Ces derniers sont simplement en train de prendre un bain de

Batman revisité !

Batman revisité !

soleil et de faire une bonne sieste Normal, il est quand même 10h du matin mine de rien ! A cette occasion, nous pouvons observer sur certains d’entre eux la mue qui est en train de se faire. Eh oui, l’éléphant de mer est un animal qui mue à chaque saison. Je ne le savais pas, et vous ? Bon ce n’est pas très joli à voir, mais ce n’est qu’une mue, pas de blessure ni de maladie, donc tout va pour le mieux pour eux.

IMG_6241

Manchot Papou

En revenant le long de la falaise, nous nous rapprochons d’un petit groupe de manchots que nous avions repéré de loin. Mais il ne s’agit des manchots croisés à Crozet ! (Dites ces 3 mots rapidement 10 fois à la suite, si vous le faites sans faute : BRAVO !). Il s’agit d’un petit groupe de manchots « papous », une autre espèce de manchots. Bien plus petits que les manchots empereurs, ils ont aussi une couleur distinctive. Regardez les photos, la différence avec les manchots de Crozet est sans appel.

Au retour de cette ballade, il était temps de rentrer à bord, normalement. C’était sans compter sur le climat, capricieux comme bien souvent dans cette zone. Nous avons donc été contraints et forcés de partager le repas du midi avec nos hôtes Oh comme c’est dommage ! Non, c’était excellent bien au contraire, évidemment. Encore une fois les échanges ont été nombreux et agréables. Merci à eux pour leur accueil chaleureux, comme à chaque fois. Fort heureusement pour nous quand même, car le boulot c’est le boulot, nous avons pu regagner notre bord dans la journée, et poursuivre ainsi nos aventures.

Merci de partager cet article autour de vous, à l’aide des boutons ci-dessous, si vous l’avez apprécié. 
A bientôt pour la suite de mes aventures…
Amicalement,
Doudou.