Affiche Grand Raid 2013

Le Grand Raid vu par deux coureurs de l’édition 2013

Le Grand Raid, vous connaissez ? Je vous en ai déjà parlé, sur cet article. Il s’agit d’une course mondialement connu des plus grands coureurs du monde. évènement annuel mythique, l’île de la Réunion accueille chaque octobre des coureurs venus de tous les pays qui viennent pour se mesurer aux reliefs de l’île.

Le principe est simple : traverser l’île de la Réunion dans son travers, sur un axe schématique partant du sud-est et allant vers le nord-ouest.

En tout, c’est environ 170 kms avec un temps maximum de 66h (selon les parcours de chaque année) qu’il faut accomplir pour parvenir à la ligne d’arrivée.

Dans cet article, je vous présente Bile et Sébastien, deux amis coureurs, qui ont chacun participé à plusieurs reprises au Grand Raid.

Pourquoi avoir voulu s’attaquer au Grand Raid ? 

  • Bile

Un pari a été lancé avec un collègue en métropole avant ma venue sur la Réunion. Désignés tous les deux pour l’île, nous nous sommes lancés le défi mutuellement.

  • Sébastien

Pour me tester et connaitre mes limites.

Quel était votre niveau sportif avant votre première participation au Grand Raid ?

  • Bile

Avant la Réunion je n’avais jamais fait de trail. Mon premier fut la « Kalla », qui se déroule en novembre. (NDLR : 18kms de montée rude). De fil en aiguilles, je me suis attaqué à des courses plus dures et plus longues : la « Transvolcano », la « TGO ». La suite logique fut simplement le Grand Raid.

  • Sébastien

Mon niveau sportif n’a rien d’extraordinaire, il est même plutôt bas. Mais avec quelques mois d’entrainement en endurance j’ai pu obtenir un niveau suffisant pour terminer une fois cette course de fous.

Quels ont été vos résultats ? Changeriez-vous quelque chose si vous deviez recommencer ? 

  • Bile
    • 1ère participation : 60h pour 170kms (2012)
    • 2nde participation : 49h pour 168kms (2013)

J’ai changé ma façon de voir la nourriture, délaisser les produits spéciaux sportifs type gel pour des produits un peu plus naturels, comme les gâteaux manioc, fruits sec et autres.

  • Sébastien
    • En 2011, j’ai fini la course en 60 heures et 30 minutes.
    • En 2012, abandon après le passage de Cilaos.
    • En 2013,  hors délais de 3 minutes à Cilaos.

Qu’est-ce qui est le plus dur ? Le physique ou le mental ?

  • Bile

Autant l’un que l’autre.

  • Sébastien

Je ne peux pas dire lequel est plus éprouvant car ils sont mis à rude épreuve l’un comme l’autre.

L’édition 2014 : vous y serez ? Sinon, quel sont vos prochains grands projets sportifs ?

  • Bile

Non. Pour changer un peu, je vais m’attaquer au trail de Bourbon, une course dans le Grand Raid, qui ne fait « que » 93 kms. Cependant les temps à respecter sont plus durs à tenir. Le challenge est quand même bien réel même si la distance ferait penser le contraire.

  • Sébastien

Je ne serais pas présent sur la ligne de départ 2014. Mais il y a des chances pour que je suive la course depuis  mon fauteuil en métropole.

 

Vous l’aurez compris, le Grand Raid, s’il reste une course de très haut niveau, est accessible à tout le monde, du moment que l’on s’y prépare correctement. Et ça, c’est sympa !!!

Merci de partager cet article autour de vous, à l’aide des boutons ci-dessous, si vous l’avez apprécié. 

A bientôt pour la suite de mes aventures… (Abonnez-vous, à gauche, pour ne rien louper des articles)

Amicalement,

Doudou